"L'humain cherche à exprimer ce qu'il est, au fond.
Il veut prendre forme, s'épanouir dans ce monde."

0produitCHF 0.00 CHF
Votre caddie est vide
Valider votre commande

Accompagnements

Le Vaud, le 27 novembre 2019


Accompagnements bioludiques, où l'information sérieuse côtoie les joies de l'écriture, de la musique et de la comédie...


Nouvelle rencontre fort agréable avec Stewart Collins. Début de matinée consacré à mon accompagnement, par les soins de Stewart, afin d'approfondir une méthode de renforcement musculaire, tout en souplesse! Après l'élastique, l'anneau et le rouleau, voici que le bâton s'ajoute à la panoplie des accessoires. Transition toute faite pour que Stewart saisisse à son tour... deux bâtons. Avec en perspective, un temps d'expression sur son instrument favori: la batterie (une Ludwig Breakbeats avec cymbales Zildjian, prêtée par Servette-Music). Nous avons revisité quelques patterns rock de base... et cette fois-ci, c'est fait: Stewart a déniché son centre du rythme. A partir du bras droit, il fallait descendre un bout dans le tronc. Encore plus facile de le retrouver sans jouer, entre les patterns 1 et 4! ;-)


Et voici le retour du fameux Iron Flea, qui tour à tour fut chanteur, guitariste, percussionniste et finalement... bassiste! Il avait découvert l'instrument dans le cadre d'une initiation aux instruments de musique, que j'animais voici quelques années. Après un temps de pause, et avoir revu ses objectifs personnels dans la vie, il a décidé de se remettre à la 4 cordes. Dans un premier temps, son souhait est de reprendre des lignes de basse existantes. C'est donc dans ce sens que je l'ai accompagné, lui offrant ici et là des astuces techniques pour faciliter son jeu. Et des principes de base, essentiels pour quiconque: travailler les morceaux lentement; exercer les deux mains séparément avant de les jouer ensemble; et répéter spécifiquement les passages difficiles... jusqu'à ce qu'ils deviennent faciles!  :-)


Deux dimanches d'affilée, j'ai revu Chan-Teuz, jeune artiste qui s'exprime par le mouvement comme par le son. Pas étonnant qu'elle s'intéresse tant à la langue des signes qu'aux langages oraux et écrits, européens, asiatiques... Et qu'elle pratique aussi bien les arts visuels que les arts auditifs. C'est de musique, justement, que nous avons parlé ces deux dimanches: de la formation des accords à quatre sons, avec la septième, sur mon piano de table (un Yamaha "poids plume"); et de la réalisation des principaux accords à trois sons, sur la guitare d'Ed Sheeran, une Little Martin généreusement mise à ma disposition par Servette-Music.


Par téléphone interposé, nouvel échange avec Godfather, sur ses projets d'avenir (au nombre de trois) et les "ponts" entre ceux-ci et sa situation professionnelle présente. "Jouer un rôle central": tels furent les mots qu'il prononça et me marquèrent le plus. Non seulement ils entraient en résonance avec deux de ses moteurs de "fond": s'amuser, prendre du plaisir; et exercer son pouvoir, influencer. Mais ils trouvaient aussi un écho avec sa faculté naturelle à mettre en contact, les uns avec les autres, les membres de son réseau. Faculté dont, d'ailleurs, il m'a fait bénéficier à une occasion bien précise.  ;-)


J'ai revu mon ami Bassman, nom de code (peut-être provisoire) pour qui dit: "Je ne connais aucun bassiste donc je les aime tous!". Les circonstances nous ont amenés à nous centrer sur la façon de construire, pas à pas, une ligne de basse, sur une chanson d'Imagine Dragons. Non sans avoir, dans un premier temps, exploré l'instrument d'une façon très libre, chacun sur notre micro-basse acoustique (à lui la Gold Tone, à moi la Guild). Comme un dialogue entre deux compères, à l'aide de vibrations graves, générées à tour de rôle...  ;-)


Un ami guitariste-chanteur, de retour de son décapage indien, m'avait dit être titillé (sic) par "Le Silence" (ce doit être quand le téléphone ne sonne pas). Non, ce n'est pas le "hit" planétaire que j'ai composé, voici 5 ans, et que j'ai aussi intitulé "Le Silence". Curieuse coïncidence... ou pas, justement. Ce serait marrant de faire un concert avec des chansons qui portent toutes le même titre! Ou, du moins, qui toucheraient toutes au même thème... Je trouve ça tentant, moi.  :-)


Je vois d'autres personnes, dans mon entourage plus ou moins proche, qui bénéficieraient de s'exprimer par le truchement d'histoires, de chansons, de sketches... avec ou sans les mots, d'ailleurs. Je crois très significatif que l'une ou l'autre ait conservé, au fond d'un tiroir, d'une caisse, d'un coffre, un violon, une poupée, ou tout autre objet transitoire lui permettant de dire au monde qui elle est réellement. A l'image de ce que fut longtemps pour moi ma guitare basse...  ;-)


Jérôme Boujol

Votre produit a été ajouté au caddie