"L'humain cherche à exprimer ce qu'il est, au fond.
Il veut prendre forme, s'épanouir dans ce monde."

Votre caddie est vide
Votre caddie est vide
Valider votre commande

Parce que nous le valons bien

Tout adjectif placé après "vous êtes" – qu'il encense ou stigmatise – est un jugement absolu. Il nous amène à croire que nous avons une valeur intrinsèque: élevée pour certains, basse pour d'autres. Notre valeur, en fait, est relative…

Voici quelques mois, Mylène (prénom d'emprunt) s'adresse à moi. Sa hiérarchie – elle travaille dans une grande institution – la force à demander sa mutation dans un autre service. Ce, parce qu'elle "dysfonctionnerait" vis-à-vis de ses "clients". Elle n'aurait pas, à leur égard, le respect qui leur serait dû.

Mylène reconnaît avoir, en certaines circonstances, adopté un ton qu'elle qualifie elle-même de "cassant". A l'analyse (facilitée par le recours à un outil psychométrique), il s'avère que Mylène ne sait trop comment gérer les situations où la pression augmente: elle se sent démunie, jusqu'au moment où elle a perdu le contrôle. C'est alors qu'elle adopte le ton autoritaire, voire agressif, qu'on lui reproche.

Est-ce à dire que Mylène – comme le prétendent les quelques "clients" qui se sont plaints à sa hiérarchie – est intrinsèquement autoritaire, agressive? Et qu'en conséquence, il s'agit de la faire disparaître du paysage (du leur, tout au moins)?

"Je te donne / Je te donne tout ce que je vaux / Ce que je suis, mes dons, mes défauts / Mes plus belles chances, mes différences" s'époumone Jean-Jacques Goldman, en écho à la situation de Mylène…

Combien de personnes auront-elles, comme Mylène, été déplacées, voire licenciées, parce qu'elles sont ceci ou cela? Leur laissant supposer qu'elles ne valent rien, dans l'absolu?

Toutes et tous, "nous le valons bien": mais dans certains contextes seulement. L'enjeu, c'est de trouver l'environnement professionnel dans lequel nos dons – et nos défauts – sont utiles. Bonne nouvelle: il existe.


Votre produit a été ajouté au caddie